ARTICLE – Présence et Proclamation

Les positions théologiques sur l’évangélisation ont souvent gravité autour de deux pôles : « présence » et « proclamation ». Le terme « présence chrétienne » est né dans le catholicisme français. Ainsi, le bienheureux Charles de Foucauld décrivait sa vocation comme étant une présence au milieu des gens, une présence fraternelle, donnée à la prière, accueillante à toute personne, et se mettant au service des gens.

Le terme « présence chrétienne » signifie une ré-entrée évangélique qui renoue le contact avec le monde. Il décrit le mode de vie de ceux qui ont accepté Jésus et qui le suivent. Il signifie être avec les autres et les connaître. Il s’agit d' »être là », en communion avec eux par l’écoute et le service au nom du Christ.

Mais l’évangélisation doit généralement être plus qu’une simple présence. Elle doit aussi être une communication verbale de la Bonne Nouvelle ; non pas d’une manière mécanique et impersonnelle, mais d’une façon personnelle, inspirée et en réponse aux besoins rencontrés. Saint Paul enseigne que “la foi naît de ce que l’on entnds et ce que l’on entends vient de la parole du Christ” (Romains 10:17)  Notre Seigneur nous a appelés à être les hérauts de sa grâce et de son amour afin de communiquer la bonne nouvelle du salut. Leighton Ford écrit : « La parole que nous prêchons n’est pas une « simple » parole humaine. C’est le message de Dieu lui-même, dans lequel il est présent et se révèle à l’homme, et en fait, une parole puissante par laquelle Dieu crée la foi et la vie chez ceux qui l’entendent (Romains 10:8, 14, 15 ; 1 Pierre 1:23-25) ».

Cela signifie que nous ne devrions pas dissocier « présence » et « proclamation ». Notre mission inclut les deux. Il y a un temps approprié pour tout. Notre témoignage chrétien est de communiquer l’amour et la paix et être un exemple de réconciliation avec les autres. L’oeuvre d’évangélisation doit se réaliser avec toute notre vie. Lorsque notre existence révèle et annonce l’Amour, la sainteté, la paix et la compassion, nous pouvons alors être reconnus comme des témoins authentiques de Jésus et de son Royaume.

Ce texte est en partie inspiré d’un article intitulé Presence Vs. Proclamation, écrit par Leighton Ford.

 

Pierre-Alain Giffard, directeur de la pastorale diocésaine

Print your tickets